Le casque et la mode en équitation

Le casque est souvent omis pour des raisons de mode

La question de savoir si le port du casque est oui ou non, devrait en fait être une question rhétorique. Mais ce n’est pas le cas. Parce que de nombreux cavaliers se mettent encore en selle sans protection de la tête. Et souvent, c’est leur propre vanité qui met un frein à leur conscience de la sécurité.

Peu importe comment vous le tournez et le tordez : L’équitation est et sera toujours un sport à risque. Quelle que soit la qualité de vos propres compétences, le danger que quelque chose se produise ne peut jamais être complètement écarté, même après de nombreuses années d’expérience en équitation. Néanmoins, de nombreux cavaliers se pèsent sur la sécurité supposée et effacent négligemment les inquiétudes sur les dangers possibles. À tort, comme le prouvent d’innombrables statistiques.

 

Faits et chiffres

En 2014, 4 200 coureurs ont dû être soignés à l’hôpital en Autriche après des accidents survenus pendant la pratique de leur sport. À première vue, cela ne semble pas très grave, surtout si on le compare au ski alpin qui, avec 37 500 accidents par an, est responsable de la plupart des blessures sportives. Mais l’équitation reste un sport marginal. Il faut donc considérer la valeur “risque pour 1 000 praticiens”. Et voilà que le sport équestre se retrouve soudain dans le top 5 des statistiques.

Outre le tronc, qui comprend également la colonne vertébrale, la tête est particulièrement menacée. Près de 20 % de tous les accidents d’équitation enregistrés en 2014 en Autriche ont entraîné des blessures à la tête. Cela place l’équitation à la quatrième place en termes de chiffres totaux, derrière le vélo, le ski alpin et le football. Si vous mettez le chiffre en relation avec le nombre de personnes qui font de l’exercice, la circonscription est clairement en tête des statistiques.

Malgré ces faits, la prise de conscience des risques par les cavaliers reste alarmante. Bien qu’il existe aujourd’hui de nombreuses possibilités pour se protéger efficacement contre les blessures graves, elles sont encore trop souvent inutilisées. Un problème qui ne touche pas seulement les cavaliers nationaux, mais qui se propage dans le monde entier.

 

La vanité triomphe de la raison

Une enquête menée à l’université de Göttingen en 2015 sur le comportement des cavaliers allemands en matière de sécurité a révélé qu’un pourcentage élevé de cavaliers préfèrent encore compter sur leur chance plutôt que de recourir à des équipements de sécurité. Les raisons de cette situation sont multiples.

La première place était occupée par le faible confort du casque et du gilet de sécurité, suivi de près par l’aspect mode. Une grande partie de ceux qui refusent de porter un casque considèrent simplement que l’équipement de sécurité n’est pas à la mode et s’abstiennent donc de prendre un casque et un protecteur corporel. Et ce, malgré le fait que la majorité des cavaliers sont bien conscients des risques liés à la poursuite de leur hobby.

 

Confort et apparence grandement améliorés

Même si ces deux facteurs n’étaient pas totalement indéniables il y a 25 ans, l’aversion pour le casque d’équitation est aujourd’hui difficilement contestable. Le développement de produits de sécurité pour les sports équestres a fait un bond de géant au cours des deux dernières décennies. Grâce aux nouvelles technologies et aux nouveaux matériaux, ainsi qu’à la tendance générale de l’industrie du casque vers un plus grand confort de port et un look plus tendance, les casques d’équitation ont considérablement changé.

Voici un site de casque si vous voulez avoir plus d’information ici.

Aujourd’hui, le marché propose une large gamme de modèles différents qui non seulement offrent une meilleure protection, mais sont également devenus beaucoup plus confortables et élégants. Il n’est pas nécessaire d’arracher le casque de la tête pendant une fraction de seconde après la course pour éviter d’être vu trop longtemps. Les matériaux et les techniques de fabrication modernes ont rendu les casques plus minces et plus sportifs dans leur conception. Grâce à cette évolution, le casque d’équitation devient de plus en plus un accessoire de mode.

 

Mais les fabricants ont également travaillé sur le confort des casques. Outre une meilleure circulation de l’air, des matériaux de haute technologie garantissent que l’humidité résultante est rapidement absorbée et transportée loin du cuir chevelu – comme dans les sous-vêtements fonctionnels modernes. Associés à une membrane respirante et perméable au vent et à l’eau, les casques modernes gardent la tête du cavalier au sec et bien tempérée.

En particulier dans les sports équestres, où le facteur de risque cheval ne peut jamais être complètement éliminé, le port du casque devrait être une évidence. Il est à espérer que l’amélioration du confort et de l’apparence intelligente amènera encore plus de cyclistes à utiliser des casques à l’avenir. En effet, quelle que soit votre expérience ou le comportement du cheval, une seule chute sans casque peut avoir de graves conséquences sur la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *